Les principes de la pédagogie Montessori

pedagogie montessori bebe

Il suffit d’observer l’élève pour savoir ce qu’il est en train d’apprendre.

Maria Montessori

Tout comme de nombreuses célébrités, beaucoup de parents ont adopté la pédagogie Montessori pour l’éducation de leurs enfants. Quels sont les principes de ce type d’éducation ? Peut-on l’appliquer à la maison ? Les réponses à vos questions dans cet article.

Largement reconnue pour les bienfaits qu’elle apporte dans le développement de l’enfant, la pédagogie Montessori séduit de plus en plus d’établissements scolaires et de parents.

Histoire et origine de la pédagogie Montessori

Qui était Maria Montessori ?

« L’enfant n’est pas un vase que l’on remplit, mais une source que l’on laisse jaillir ».

C’est ainsi que Maria Montessori, première femme médecin en Italie, perçoit l’éducation de l’enfant, une cause à laquelle elle sera totalement dévouée tout au long de sa carrière.

Ainsi, elle prône en janvier 1907 que : « Éduquer, ce n’est pas dresser » lors de l’inauguration de la première Maison des Enfants. La jeune femme révolutionne littéralement le système éducatif en mettant à disposition des écoliers un matériel parfaitement adapté à leur évolution et en instaurant le principe de liberté autant dans le choix des activités que dans leur apprentissage.

Maria Montessori naît en Italie, à Chiaravalle, en 1870. Fille unique dans une famille bourgeoise, elle découvre la capitale à l’âge de 5 ans. Dès son plus jeune âge, elle nourrit une passion pour les sciences et choisit de poursuivre des études de médecine en dépit du refus de son père qui la prédestinait à un poste dans l’enseignement.

Elle réussit néanmoins à intégrer la faculté de Rome qui était alors réservée aux hommes et devient à 26 ans l’une des premières femmes médecins d’Italie. Toujours avide de connaissances, Maria Montessori cherche à se diversifier et poursuit par la suite des études en biologie, en philosophie et en psychologie.

pedagogie montessori avantages

Les raisons de la notoriété de Maria Montessori

Au début du XXe siècle, Maria Montessori est une véritable féministe qui jouit d’un parcours exemplaire. À la fois médecin, anthropologue et militante socialiste, elle mène des travaux inédits dans la compréhension et l’analyse des comportements de l’enfant. Elle figure parmi les tout premiers pédagogues nourrissant une certitude quant à l’existence d’une science de l’éducation.

Tout au long de sa vie, la jeune femme s’appliquera à perfectionner sa pédagogie en se basant sur ses voyages, ses observations et ses rencontres avec d’éminents scientifiques. Elle se démarque par son engagement et sa participation active à la campagne relative aux droits sociaux et politiques des femmes. Elle représente d’ailleurs l’Italie en 1986 lors du Congrès international pour les droits de la femme.

Son entrée dans l’histoire tient à l’élaboration d’une méthode révolutionnaire qui se fonde sur une conception de l’éducation comme un ensemble de pratiques cherchant à exploiter les ressources de l’élève et son désir d’explorer et de comprendre le monde.

Dans cette optique, l’éducation se donne pour vocation d’apporter une réponse aux besoins de l’enfant en développant ses centres d’intérêt ainsi que de respecter sa vitesse d’évolution. Par conséquent, la pédagogie de Maria Montessori tend à remettre en cause les rôles traditionnels assignés à l’élève comme à l’enseignant dans la pédagogie standard.

collection MATéRIELS montessori

Aide-moi à faire tout seul

Grâce à ces jouets en bois Montessori, on gagne petit à petit en autonomie.

Qu’est-ce que la pédagogie Montessori ?

Ayant vu le jour en 1907, la pédagogie Montessori est le fruit des travaux menés par Maria Montessori dont la mise en application s’appuie sur une éducation sensorielle et kinesthésique de l’enfant. Parmi les principales notions de cette éducation figure la liberté. En effet, les écoles qui adhèrent au concept ont à cœur une forme de souplesse dans le choix des matières et des activités que peuvent entreprendre les élèves.

Ainsi, ils ont la possibilité de passer autant de temps qu’ils le souhaitent à approfondir une activité tout en préservant un droit de mobilité dans la classe. Dans cette configuration, l’enfant effectue seul les corrections pour favoriser l’autodiscipline et le rendre autodidacte.

De manière générale, les instituteurs Montessori désirent influer sur l’environnement dans lequel l’enfant évolue et non sur l’enfant lui-même. Parler à voix basse pour encourager un élève à accomplir une tâche et mettre au point un rangement qui soit adapté à sa taille sont autant de manières d’aider l’élève à progresser vers l’autonomie.

Par ailleurs, la pédagogie Montessori peut prendre en charge jusqu’aux bébés de 18 mois. Dans ce cas de figure, des activités comme les « versés » leur enseignent à transvaser des graines dans des pichets similaires. Pour que l’exercice soit efficient, il est impératif que le parent qui assiste n’émette aucun commentaire, ni critique de façon à laisser le petit affiner de manière indépendante sa motricité.

Les bases et les fondements de la pédagogie Montessori

En intégrant la clinique psychiatrique de Rome, Maria Montessori entre en contact avec des enfants dits « déficients mentaux ». Elle est fréquemment amenée à côtoyer des enfants issus de milieux culturels et sociaux très défavorisés qui présentent des difficultés d’apprentissage. Sa fonction la pousse alors à s’intéresser de près à leur éducation.

La jeune femme a eu l’idée de mettre au point un projet d’éducation dont le concept s’inscrit dans la préservation du progrès et de la paix. S’inspirant de ses observations, elle instaure trois piliers à ce système pédagogique en gestation : une place spécifique de l’éducateur, un environnement préparé ainsi que le recours à un matériel pédagogique adapté.

pedagogie montessori

Les plans de développement de l’éducation Montessori

En sa qualité de médecin et de psychiatre, Maria Montessori est attachée à l’élaboration d’une pédagogie qui serait fondée sur une démarche expérimentale, l’objectif premier étant l’épanouissement de l’enfant. Ainsi, elle définit quatre plans de développement qui reposent sur l’âge de l’enfant et qui s’étendent de la naissance à ses 24 ans. Ce sont alors ces périodes successives qui aident à la construction de l’enfant.

La petite enfance

Elle va de 0 à 6 ans. Durant cette période, l’enfant apprend déjà à être autonome en se débrouillant seul. Cette phase est propice à l’acquisition de la conscience du « moi ».

L’enfance

C’est la période correspondant aux 6 ans jusqu’aux 12 ans de l’enfant. Pendant cette phase de développement, l’enfant devient à la fois curieux et imaginatif. De même, elle peut être assimilée à l’âge moral.

L’adolescence

De 12 ans à 18 ans, l’enfant se rapproche de l’âge adulte et aspire désormais à une vie associative plus active. C’est ainsi l’âge social.

L’âge de la maturité

Entre ses 18 et ses 24 ans, l’enfant a laissé la place à un jeune adulte qui est en passe de devenir mature, mais qui demeure submergé par des doutes. Durant cette phase, il ressent le besoin d’être rassuré par rapport aux engagements qu’il peut prendre. C’est là l’âge politique.

pedagogie montessori enfants

Les principes fondamentaux de la pédagogie Montessori

Pour pouvoir être menée à bien, la pédagogie Montessori repose sur un certain nombre de principes.

La liberté

C’est assurément l’un des principes fondamentaux de l’éducation Montessori. Dans une classe du précepte, les enfants peuvent choisir librement leurs activités dans une liste mise à leur disposition. Généralement, la plupart des exercices qui y figurent leur ont été expliqués par l’éducateur. En fonction de leur intérêt pour la matière, les enfants déterminent eux-mêmes la durée d’une activité. Dans le respect d’une ambiance de travail studieuse, ordonnée et calme, ils ont la possibilité de se mouvoir à leur guise dans la classe et de parler à voix basse.

Le rôle de l’éducateur

Dans la vision de l’éducation par Maria Montessori, il est préférable d’agir sur l’environnement de travail plutôt que sur l’enfant lui-même. Plutôt que d’ordonner une action, l’éducateur est force de proposition et s’applique à ne jamais élever la voix. De même, l’enfant est encouragé à apprécier la notion de rangement en mettant à sa portée des étagères pour ses objets.

La notion d’autodiscipline

L’autodiscipline est un principe fondamental indissociable de la notion de liberté. Elle trouve habituellement son application lors des corrections et dans l’attitude des enfants. Plutôt que de prendre note des corrections d’un tiers, l’élève est encouragé à se corriger tout seul. Dans la pédagogie Montessori, la priorité n’est pas donnée au fait d’avoir « juste » ou « faux », mais davantage dans la satisfaction obtenue dans le perfectionnement en s’exerçant à faire mieux.

La conscience d’un rythme d’évolution

L’éducation Montessori n’accorde qu’une importance secondaire à la rapidité ou la lenteur d’un enfant. La concentration est la qualité mise en avant. De ce fait, la méthode Montessori met l’accent sur l’existence d’un rythme de développement pour chaque enfant. De même, elle s’assure de ne mettre aucune étiquette aux élèves de manière à ne pas les pousser à se limiter à ce qualificatif. Selon Maria Montessori, l’évolution d’un enfant peut dépendre du moment de la journée, de la période de son développement ainsi que de l’activité pratiquée.

L’importance de l’expérimentation

Dans la perception montessorienne de l’éducation, il n’est pas possible de transmettre l’abstraction. Pour pouvoir maîtriser divers concepts, il est impératif que l’enfant puisse expérimenter, manipuler et user concrètement de ses cinq sens.

Pour ce faire, l’éducateur doit mettre à disposition des élèves un matériel pédagogique adapté. Par exemple, pour l’apprentissage des nombres, l’utilisation des perles peut aider à la compréhension de l’unité, de la dizaine et de la centaine. En faisant appel à leur vue et au toucher, les enfants vont comparer ces outils, les soupeser et s’approprier leurs différences.

L’individu au centre de l’éducation

Pour garantir l’épanouissement de l’enfant, Maria Montessori préconise plutôt les activités individuelles, même s’il existe quelques exercices de groupe. Cette configuration a pour objectif de permettre aux enfants de maîtriser les concepts de manière plus personnelle. Pour la jeune femme, l’enfant est potentiellement bon.

C’est ainsi en le respectant qu’il peut entretenir ses capacités. Pour le préparer à une vie sociale harmonieuse et épanouie, Maria Montessori s’applique à transmettre le respect d’autrui très tôt à ses élèves. Pour autant, la vocation de la méthode Montessori est avant tout de favoriser chez l’enfant une forme de discipline intérieure.

La pédagogie Montessori à travers le monde

Forte de son succès, la pédagogie Montessori s’est largement répandue, conquérant les quatre coins du globe. Elle est notamment enseignée dans des centres spécialisés et il existe même à ce jour des accréditations offertes par les autorités compétentes. C’est à ce titre que le Montessori Accreditation Council for Teacher Education jouit de la reconnaissance du gouvernement américain depuis 1995.

À ce jour, on dénombrerait près de 35 000 écoles Montessori à travers le monde, dont plusieurs milliers disséminés aux États-Unis. En France, on recense environ 200 établissements ayant intégré le programme, dont 110 reconnus par l’Association Montessori de France (AMF). Chez nos voisins suisses, en 2018, ce sont plus de 50 établissements qui s’alignent aux principes prônés par Maria Montessori.

L’application de la pédagogie Montessori à la maison

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il est relativement facile de suivre les préceptes de la pédagogie Montessori pour accompagner vos enfants au quotidien chez vous. Le principal mot d’ordre demeure la bienveillance. Selon Maria Montessori, impliquer l’enfant dans tous les choix, ses activités, ses aliments, ses vêtements… constitue la première étape pour lui permettre « d’apprendre à faire seul ».

En lui donnant cette liberté de choix, le parent l’aide à acquérir la capacité de se positionner, de créer et de ce fait, de gagner en confiance. Pensez alors à bien sécuriser son environnement pour éviter tout accident. Mettez-vous à la place de votre petit pour savoir si les choses dont il pourrait avoir besoin lui sont facilement accessibles.

Quand votre enfant maîtrise la marche, n’hésitez pas à lui installer un lit au sol pour ses siestes et pour qu’il ait envie de se lever seul. Habituez-le à évoluer dans un cadre ordonné pour qu’il puisse par la suite s’attacher à un ordre intérieur au niveau de ses émotions et de ses pensées. Pensez à disposer dans son espace des boîtes avec des pictos qui lui permettront facilement d’identifier les objets qui y sont rangés.

Enfin, mettez les activités à sa disposition, de préférence sur un fond uni. Faites en sorte que le principe du rangement s’apparente à un jeu. De cette manière, l’enfant conservera cette habitude en grandissant.

Et vous ? Que pensez-vous de la pédagogie Montessori et ses principes ? Dites-le nous en commentaire.

Nous utilisons les cookies pour améliorer votre expérience de navigation sur notre site web. En naviguant sur notre site, vous acceptez notre utilisation de ces cookies.
%d blogueurs aiment cette page :