Bienfaits de la parentalité positive pour l’enfant

parentalite positive bienfaits enfant

Une relation bienveillante, empathique, soutenante permet au cerveau de l’enfant de se développer.

Catherine Gueguen

Être parent est assurément l’un des métiers les plus difficiles au monde. Afin d’accompagner les parents dans leurs tâches, il existe aujourd’hui des alternatives intéressantes, dont la pédagogie Montessori et la parentalité positive. En occultant les idées préconçues et les croyances, l’adulte parvient à avoir une vision plus objective et bienveillante de l’identité de son enfant et de son développement. Comment alors mettre en œuvre les principes de cette éducation ? Les détails dans cet article.

La plupart des parents se mettent une pression énorme pour tenter d’assurer un avenir radieux à leur progéniture et pour exercer au mieux leur rôle. Conscients que la qualité de l’éducation des enfants est la garantie de l’intégration de ces derniers dans la société, il n’est pas rare que les parents se sentent perdus, voire dépassés. Le concept de parentalité positive séduit aujourd’hui de plus en plus de parents. Quels sont alors les enjeux de cette vision bienveillante de l’éducation ? Comment l’appliquer au quotidien ?

Découvrir la méthode Montessori

L’éducation Montessori mise au point par Maria Montessori s’appuie sur le développement de l’enfant, et de manière plus large, de l’individu, par le biais d’une approche holistique. Elle touche à la fois les dimensions physiques, émotionnelles, sociales et intellectuelles de l’être humain. La pédagogue a tiré parti de ses travaux auprès d’enfants présentant des handicaps pour agrandir son spectre d’activité et adapter sa méthode au plus grand nombre possible d’enfants, voire à l’ensemble du système éducatif.

Les structures Montessori, ayant découlé de la première Casa dei Bambini de Rome, se donnent ainsi pour mission d’instaurer un cadre stimulant propice à l’épanouissement et à l’équilibre des enfants. Les observations de Maria Montessori s’articulent autour de l’argument selon lequel les capacités des enfants ne peuvent s’exprimer pleinement que s’ils sont placés dans un milieu étudié et aménagé conformément à leurs besoins intrinsèques. Les éducateurs mettent ensuite à leur disposition un matériel spécifique véhiculant des concepts précis. En manipulant ces dispositifs, les enfants vivent une expérience sensorielle enrichissante.

Pourquoi plébisciter la pédagogie Montessori ?

Le principal d’attrait de la pédagogie Montessori tient à son caractère universel. Elle s’adresse à tous, qu’il s’agisse d’enfants présentant ou non des difficultés d’apprentissage, ou de personnes âgées développant des maladies neurodégénératives comme la maladie Alzheimer.

De plus, elle réforme la vision traditionnelle de l’éducation en plaçant l’enfant au centre de toutes les activités. Ses applications permettent ainsi de rendre l’individu autonome et responsable en l’encourageant à devenir l’acteur principal de son apprentissage.

Outre ses bienfaits sur les enfants, la méthode montessorienne tend également à transformer le schéma comportemental des éducateurs en classe Montessori et par ricochet, celui des parents dans leur propre mode d’éducation. Elle transmet en effet une approche plus bienveillante et positive de la parentalité qui séduit de plus en plus de parents.

parentalite positive pedagogie montessori

Qu’est-ce que la parentalité positive ?​

Le concept de « parentalité positive » repose sur un accompagnement bienveillant des enfants par le respect, la non-violence et l’écoute. Les sanctions sont considérées comme contre-productives. Par conséquent, cette éducation suppose de ne pas recourir au chantage, à la menace, aux fessées, ni aux punitions. Elle repose principalement sur de récentes découvertes en neurosciences privilégiant le respect du rythme de l’enfant et de son développement. À l’image de la pédagogie Montessori, cette notion place l’adulte dans une position d’accompagnateur qui favorise l’acquisition de l’autonomie et la construction de la confiance en soi chez l’enfant.

Toutefois, la parentalité positive n’est en rien laxiste dans la mesure où l’enfant se doit d’évoluer dans un cadre qui soit favorable à son épanouissement et à son évolution émotionnelle, physique et affective. Même s’il est au centre de ses apprentissages, l’enfant ne peut pas tout accomplir seul. Il a besoin d’un guide qui l’encourage dans ses démarches et qui lui fixe les règles à connaître ainsi que les limites claires à ne pas dépasser.

Dans la mise en œuvre de l’éducation positive, les concepts de « sanction » et de « bêtise » n’existent pas. À l’inverse, l’enfant apprend à « réparer » ses erreurs. Il ne se fait donc pas réprimander quand il renverse un verre d’eau, mais on lui donne une éponge pour nettoyer. La finalité de la parentalité positive est d’amener l’enfant à devenir autonome et à faire ses propres choix en pleine conscience. Dans ce schéma, l’enfant est un être à part entière qui expérimente constamment de nouvelles choses et qui retient des leçons de ses erreurs. Le rôle du parent est d’encourager l’expression des ressentis et la verbalisation des situations vécues. Au fur et à mesure de ses découvertes, l’enfant comprend que chacun de ses actes porte à conséquence.

Cette approche éducative permet de favoriser le développement de l’enfant dans la mesure où elle est tournée vers la conviction qu’une vie ne peut être harmonieuse quand on grandit dans la peur et dans l’incapacité à réfléchir. Dès lors, la parentalité bienveillante requiert pas mal d’investissement de la part des parents qui choisissent de s’en inspirer. Il faut notamment une bonne dose de patience, du travail sur soi et de la disponibilité. Ces mesures servent à délimiter clairement où se trouve la place de l’enfant et celle de l’adulte.

collection matériels montessori

Apprendre à faire seul

Découvrez les matériels Montessori les plus utilisés par les parents pour favoriser l’autonomie des enfants.

Les principes d’une éducation positive​

Cette approche étant encore assez récente, les bienfaits à en retirer ne sont pas encore suffisamment approfondis. Néanmoins, certaines études ont permis de démontrer que l’éducation positive instaurait un climat de bienveillance envers soi-même et envers les enfants. Elle contribue également à favoriser les capacités socioémotionnelles, comme l’enfant s’exerce dès son plus jeune âge à identifier ses émotions et à mettre des mots dessus.

Par ailleurs, la parentalité positive a vocation à placer l’empathie au cœur des relations familiales, un aspect qui ne peut sur le long terme qu’avoir des retombées positives sur le bien-être psychologique de la société de demain. Toujours est-il que choisir d’appliquer cette vision, ou simplement de s’informer sur le sujet, permettrait de mieux comprendre le fonctionnement de l’enfant.

En principe, les parents qui s’inspirent des apports de cette éducation savent qu’ils doivent adapter leur langage en optant pour des tournures de phrases positives. Un parent bienveillant choisit de faire comprendre qu’un comportement n’est pas adapté plutôt que de simplement dire « stop ». Il encourage à l’expression de sentiments et des besoins dans le plus grand respect du rythme de l’enfant. Son rôle sera de poser un cadre avec des règles et des limites et de motiver l’enfant en lui montrant son soutien pour qu’il devienne un individu responsable et autonome.

De ce fait, la notion d’éducation positive constitue une invitation à la liberté par l’expression de sa personnalité, mais elle demande du temps, de constants réajustements, de la persévérance et de la créativité.

Quels bienfaits attendre de la parentalité positive ?​

Plusieurs avantages sont attendus de la parentalité positive, notamment l’amélioration de la communication entre parents et enfants et une amélioration de la gestion des conflits, rendue possible par l’absence de punitions. Un climat de bienveillance au sein du foyer devrait également permettre une meilleure gestion des émotions et du stress tout en construisant ou en renforçant l’estime de soi de l’enfant. La finalité première de l’éducation positive reste néanmoins celle de restaurer l’autorité parentale, souvent mise à mal par un défaut de communication.

Elle instaure des relations plus sereines et plus saines dans le foyer dans la mesure où l’adulte apprend à se mettre en retrait et à se délester de ses idées préconçues sur l’éducation. À force de patience et d’observation, le parent parvient à mieux comprendre son enfant, à découvrir ses centres d’intérêt et à suivre son développement sans agir dessus.

Un parent positif est un parent qui a appris à lâcher prise, qui ne fait pas toujours tout pour son enfant ou à sa place, mais qui le laisse décider par lui-même pour qu’il puisse éprouver ses capacités. Dès lors, l’adulte n’est plus le « sculpteur », mais bel et bien un « jardinier » qui nourrit un terreau au lieu de le modeler à sa guise. Pour qu’une belle plante puisse en jaillir, la graine a besoin que le jardinier l’aère, lui laisse de la place pour s’épanouir.

parentalite positive parents

La mise en place de la parentalité respectueuse

Le vrai paradoxe de la pédagogie Montessori est qu’elle contribue à rendre les parents exigeants concernant l’éducation de leurs enfants tout en les encourageant à lâcher prise. En s’inspirant des principes de parentalité positive, l’individu développe un regard plus aiguisé et curieux sur le cadre dans lequel il souhaite que sa progéniture évolue. La mission de cette notion bienveillante est alors d’offrir à nos enfants une « enfance libérée des contraintes », une période de leur vie qui soit à la fois tranquille et très naturelle, empreinte de valeurs humanistes où la créativité et l’imagination ne présentent pas de limites.

Fort heureusement, en France, les parents ont toute liberté de choisir l’éducation qu’ils désirent offrir à leurs enfants. Se laisser séduire par l’éducation positive, c’est embarquer pour une aventure enrichissante et épanouissante sur le plan humain. C’est une expérience qui se propose de préserver l’élan naturel des plus jeunes et leur enthousiasme pour la vie et le monde. Pour littéralement partir à la découverte de l’enfance, il est possible d’appliquer d’emblée chez soi de bons réflexes s’articulant autour du concept de parentalité bienveillante.

Le sommeil chez l’enfant

Pendant les six premières années de vie de l’enfant, le moment du « dodo » fait partie des plus grosses inquiétudes des parents. Tout au long de cette période, le rythme des parents varie en fonction du rythme et de la qualité de sommeil du bébé qui sont souvent ponctués par de bruyants réveils nocturnes. L’élaboration du rituel du coucher et l’acquisition de l’autonomie du sommeil sont ainsi un véritable casse-tête pour les parents.

Il faut cependant comprendre que le sommeil constitue un processus évolutif. Étant chez l’enfant comme chez l’adulte un besoin vital, il permet lors des phases paradoxales de sommeil, la mémorisation et la réorganisation du cerveau.

Dans le cadre de la mise en place de la parentalité respectueuse, le parent s’applique à appréhender les diverses étapes de l’évolution menant à l’autonomie du sommeil. Il faut garder à l’esprit qu’un enfant conscient qu’il a besoin de dormir ne s’y refusera pas. Par conséquent, il faut préalablement s’assurer que tous ses autres besoins soient d’ores et déjà comblés. Un enfant qui lutte contre son envie de dormir est un enfant dont un des besoins n’a pas été satisfait et qui juge qu’il est important qu’il y remédie.

parentalite positive sommeil enfants

Les écrans de 0 à 6 ans

À juste titre, les professionnels de santé et les autorités mènent la vie dure aux écrans, et pour cause, une exposition prolongée induit généralement des retards de développement, des troubles du langage et des problèmes de concentration.

Dans l’éducation positive, le parent doit pouvoir se faire son propre jugement et instaurer des principes avec lesquels il est en accord. Il ne doit pas privilégier une attitude sous prétexte que c’est ainsi qu’il faut faire. Cette approche permettra au parent de ne pas se sentir dépassé dans certaines situations. Par conséquent, il est fortement recommandé de se renseigner sur le sujet afin d’établir par la suite des règles et des limites qui s’alignent sur ses convictions.

L’alimentation chez les enfants

La gestion de l’alimentation d’un enfant est invariablement une source de stress au quotidien. Comment apporter les bons nutriments sans faire l’impasse sur le goût ? Quelles quantités privilégier ? Comment ne pas culpabiliser sur la qualité ? Se nourrir constitue un besoin fondamental chez l’enfant aussi bien pour sa croissance que pour la qualité de ses interactions sociales. Un enfant qui a faim est souvent bougon et râleur.

La parentalité bienveillante peut apporter une aide dans ce domaine en encourageant l’adulte à cerner les besoins de son enfant. Il est impératif de mettre en place une relation de confiance mutuelle pour éviter les bras de fer et les crises au moment du repas. L’important pour que le concept puisse porter ses fruits est de ne pas rester enfermé dans d’anciens paradigmes qui empêcheraient de s’ouvrir à de nouvelles perspectives éducatives. Pour ce faire, n’hésitez pas à vous instruire en vous intéressant à la biologie, la physiologie ou encore les sciences comportementales. Cette attitude permet de réajuster ses connaissances et de se remettre en cause pour parvenir à devenir le parent que vous désirez être.

Et vous ? Que pensez-vous de la parentalité positive ? Dites-le nous en commentaire.

Nous utilisons les cookies pour améliorer votre expérience de navigation sur notre site web. En naviguant sur notre site, vous acceptez notre utilisation de ces cookies.
%d blogueurs aiment cette page :