La pédagogie Montessori appliquée en école publique

pedagogie montessori ecole publique nosuperheros

L’enfant n’est pas un vase que l’on remplit, mais une source qu’on laisse jaillir.

Maria Montessori

Forte de ses résultats probants dans l’enseignement des enfants déficients mentaux, la pédagogie Montessori s’étend aujourd’hui progressivement à l’enseignement général.

En effet, nombre d’écoles publiques appliquent désormais la méthodologie de Maria Montessori. Quels aspects de cette éducation tournée vers l’enfant les institutions scolaires plébiscitent-elles ? Comment cette pédagogie est-elle mise en œuvre ?

Qu’est-ce que la pédagogie Montessori ?

Selon Maria Montessori : « L’enfant n’est pas un vase que l’on remplit, mais une source qu’on laisse jaillir ». Le médecin italien a conçu sa pédagogie autour de cette pensée tout au long de sa carrière. Sa méthode, qui porte son nom, découle de ses observations au cours de ses années aux services d’enfants en difficulté.

En 1907, la jeune scientifique adaptera finalement sa pédagogie de manière plus générale en ouvrant la toute première « Maison des enfants ». Depuis, cette éducation innovante a obtenu l’approbation de nombreux professionnels de la petite enfance. Dans son application, elle s’articule autour de divers principes dont l’objectif est de favoriser l’autonomie. Ainsi, dans une classe Montessori, les élèves jouissent d’une liberté de mouvement et de la possibilité de choisir eux-mêmes leurs activités. Les enseignants encouragent également l’autocorrection au cœur d’un environnement agencé dans le respect de leur rythme d’évolution.

Maria Montessori privilégie la découverte sensorielle, et ce, dès la naissance d’un enfant. Dans cette logique, elle a élaboré divers matériels pour aider l’enfant à affiner ses sens et s’épanouir dans la « construction de son intelligence ». Les résultats ne se font pas attendre dans l’établissement fondé par le médecin : dès trois ans, certains enfants font montre d’une grande concentration ainsi que d’une autodiscipline rare pour leur âge.

S’inspirant de ce constat, plusieurs écoles publiques s’appliquent à placer leurs élèves dans un cadre propice et à former leurs éducateurs pour qu’ils puissent s’adapter à l’enfant et le stimuler suivant son avancement. À ce jour, il existe près de 20 000 écoles Montessori dans le monde.

pedagogie montessori alternative education nosuperheros

Les grands principes de l’éducation Montessori

L’éducation Montessori se fonde sur des principes précis pour garantir l’épanouissement de l’enfant et favoriser l’apprentissage.

La notion de liberté

La liberté figure comme une notion fondamentale de la pédagogie Montessori. Pour que l’enfant gagne en autonomie, il lui est permis de se déplacer librement dans la classe. Une fois qu’une activité lui a été expliquée par l’éducateur, il est libre de la pratiquer ou non et y passer autant de temps qu’il le souhaite. L’enfant choisit parmi une palette d’activités qui ont toutes une finalité. Dans le respect d’une ambiance de travail calme et ordonnée, l’élève peut également parler à voix basse.

L’autodiscipline

Dans la tenue des corrections d’activités et pour l’attitude des élèves, la notion d’autodiscipline vient s’ajouter à celle de liberté. L’enfant est poussé à repérer lui-même ses erreurs, plutôt que d’attendre après les vérifications d’une tierce personne. Ce principe s’accorde avec le principe de la méthode Montessori qui ne priorise pas le fait d’avoir « vrai » ou « faux ». À la place, l’élève est invité à faire de son mieux et à chercher à s’améliorer.

L’entourage de l’enfant

Dans la pédagogie Montessori, l’environnement et l’entourage de l’enfant jouent un rôle primordial. Ceux-ci n’ont pas vocation à « agir » sur lui, mais au contraire, à lui servir de tremplin. Dans son comportement, l’instructeur doit par exemple s’exercer à parler moins fort pour que l’enfant en fasse de même, et pour éviter d’avoir à le lui ordonner. De même, dans l’organisation de l’espace, il est préférable de placer un meuble à chaussures ou une étagère à la hauteur de l’enfant pour qu’il puisse ranger de lui-même sans en recevoir la demande.

Le respect du rythme de chacun

Dans le concept de Maria Montessori, la rapidité ou la lenteur de l’enfant n’est pas un critère fondamental et ne doit pas constituer une étiquette valable dans une classe Montessori. À l’inverse, sa concentration sera au cœur des préoccupations, mais dans le respect de l’avancement de chacun. Selon le médecin, ce rythme est susceptible de varier en fonction du moment de la journée, de l’activité accomplie ainsi que de la phase de développement de l’enfant.

L’expérimentation

Pour pouvoir apprendre, un enfant doit pouvoir d’approprier les concepts grâce à la manipulation et en faisant appel à ses 5 sens, telle est la conviction de la pensée montessorienne. Dans cette optique, l’apprentissage s’acquiert donc par l’expérimentation. E, ayant par exemple recours aux perles, un enfant peut se familiariser avec les dizaines, les unités et les centaines. Ce n’est qu’en comparant, en soupesant et en touchant que les élèves perçoivent les contrastes.

collection Jouets en bois montessori

Aide-moi à faire tout seul

Grâce à ces jouets en bois Montessori, votre enfant va apprendre à développer son intelligence et révéler son potentiel.

La transposition de la pédagogie Montessori dans une école publique

Contre toute attente, il est tout à fait possible de pratiquer la méthode Montessori au niveau d’une classe standard de l’école publique. Si l’Éducation Nationale n’a pour l’heure pas encore approuvé son application dans son intégralité, plusieurs professeurs d’écoles n’hésitent pas à inclure certaines pratiques de cette pédagogie alternative dans leur enseignement.

pedagogie montessori enfant autonome nosuperheros

La méthode Montessori à l’enseignement

Dès la maternelle, en passant par le primaire et le collège, l’enseignant est en mesure d’adapter l’éducation Montessori au programme. Cette application englobe notamment l’apprentissage des mathématiques, des arts, la maîtrise du langage ou encore le développement des sens. Pour y parvenir, il est indispensable de s’aligner sur 3 axes qui sont primordiaux selon Maria Montessori : une connaissance parfaite de la méthodologie montessorienne et des mécanismes d’apprentissage ainsi que les programmes de l’Éducation Nationale.

Ces axes maîtrisés, il convient ensuite d’aménager convenablement la classe en mettant en place un environnement propice à l’épanouissement de l’enfant et qui soit respectueux de son développement. Dans ce genre de structure, l’instructeur doit occuper une position de « guide », de conseiller et de garant de la sécurité des enfants dans leur espace. Il doit également s’appliquer à instaurer une ambiance calme, bienveillante et encourager les élèves dans la réalisation de leurs activités.

La finalité n’est pas forcément la réussite de l’exercice, mais bel et bien la quête de la perfection et la persévérance. De ce fait, il est primordial que les enfants soient placés dans de bonnes conditions d’apprentissage en se basant sur quelques principes : la concentration, le retour d’information, une implication soutenue et un renforcement des acquis. Pour autant, toutes les activités qui sont proposées aux élèves doivent être en accord avec les programmes mis en place par l’institution nationale.

La pédagogie Montessori dans les écoles

En pratique, la pédagogie Montessori peut apporter des résultats probants pour des enfants entre 3 à 12 ans, soit dans les écoles maternelles et élémentaires. Toutefois, il existe des établissements proposant une éducation montessorienne pour les moins de 3 ans. Ces crèches sont des « Nido » qui prônent la valorisation de l’enfant. Maria Montessori propose de décomposer le primaire en 3 classes : d’une part, la Maison des enfants accueillerait des enfants entre 3 et 6 ans et l’école élémentaire séparerait les 6-9 ans des 9-12 ans.

Dans cette configuration novatrice, le passage d’une classe à l’autre demeure assez souple et peut même se faire en cours d’année, toujours en restant en phase avec le rythme de l’enfant et de manière à ne pas retarder son développement. À ce jour, la plupart des écoles montessoriennes pratiquent le bilinguisme. Certaines structures n’hésitent pas à immerger complètement l’enfant dans une langue la matinée, puis dans une autre l’après-midi.

Le programme

L’éducateur montessorien a pour rôle de guider et non d’enseigner à l’élève « à savoir ». Au contraire, sa tâche est d’aider l’enfant « à savoir apprendre » en le familiarisant avec diverses activités dépendant d’un domaine en particulier. En général, les exercices s’articulent autour de l’apprentissage de la vie pratique, des mathématiques, des sciences, du langage, de la musique, de l’histoire, de la géographie et de l’art. L’instructeur doit se donner pour objectif d’encourager les enfants à développer leur curiosité naturelle en les incitant à s’intéresser à tous les domaines. En définitive, ces dispositions couvrent d’une façon très large le programme de l’Éducation Nationale.

La mise en œuvre de la méthode Montessori classe par classe

La Maison des Enfants

Entre 3 et 6 ans, dans la Maison des Enfants, la pédagogie Montessori vise la découverte de l’environnement immédiat par l’enfant. Ces établissements se subdivisent généralement en 4 aires principales. Une aire dédiée à la vie pratique avec des ateliers d’hygiène, de jardinage, de couture ou encore de ménage. Une aire du langage où l’enfant est initié à l’écriture, à la lecture, à la grammaire et à la parole grâce à des lettres rugueuses, des alphabets mobiles et des imagiers.

Dans l’aire de la vie sensorielle, il affine son ouïe, son toucher, son odorat, sa vue et son goût par le biais d’activités utilisant des couleurs vives, des formes variées, des textures et des températures différentes. Ils peuvent également s’exercer au calcul et à la géométrie en expérimentant la Tour Rose de cubes, les puzzles, des chiffres rugueux ainsi que des bouliers.

Dès leur plus jeune âge, les tout petits accèdent également à une culture cosmique en découvrant les sciences, leur environnement, la botanique et la zoologie. Afin de garantir leur épanouissement, certaines institutions accordent une aire spécialisée pour les arts pour développer l’éveil musical des enfants.

pedagogie montessori enfant heureux nosuperheros

Pédagogie Montessori à l’école primaire

Entre 6 et 9 ans, la pédagogie Montessori entretient l’ouverture de l’enfant sur le monde. À l’école primaire montessorienne, l’enfant en apprend davantage sur l’apparition de la Terre, sur l’apparition de la vie et sur l’homme lui-même. Pour ce faire, l’élève a la possibilité de choisir entre des activités utilisant des cartes, des globes rugueux, une représentation du système solaire, divers jeux éducatifs, des cartes de croissance des plantes ou encore des frises chronologiques.

Dans ces classes, l’éducateur aide l’enfant à revenir sur l’avènement de l’écriture en lui proposant des activités de conjugaison, de formation de mots, de la lecture et diverses étiquettes langagières. À ce stade, l’élève a même la possibilité de se familiariser avec des langues étrangères. Pour la maîtrise du calcul, les éducateurs disposent dans la salle à hauteur des enfants des tableaux géométriques, des quilles fractionnées, des tables de Pythagore et des bouliers.

À ces domaines viennent par la suite s’ajouter des ateliers destinés à la vie pratique, la vie sociale et la vie sportive de l’enfant. Il peut ainsi y découvrir des notions de gestion de conflits, de jardinage, de cuisine, de couture, de vie en communauté ou de responsabilisation.

Pour les classes allant de la 5e à la 3e

Une fois que l’enfant parvient à l’adolescence, Maria Montessori préconise de les immerger dans l’apprentissage de la vraie vie. Dans le cadre de sa méthodologie, les enfants sont alors placés dans une sorte de « ferme-école » où il est de leur responsabilité de tout gérer : l’agriculture, l’hygiène, la cuisine, l’entretien des animaux, la gestion d’un commerce et la vente.

Ces ateliers grandeur nature ont pour vocation de les préparer à la vie d’adulte en favorisant le développement de la sociabilité, le respect d’autrui ainsi que l’apprentissage en autodidacte. De cette manière, le médecin est convaincu que les enfants pourront devenir plus tard des adultes responsables et confiants qui ne craignent pas d’intégrer la société et de s’y investir.

Les classes spécialisées pour les élèves en difficulté

Maria Montessori a prévu un enseignement « adapté » destiné aux élèves qui ont « subi » le système scolaire traditionnel et qui ont eu des difficultés à s’y aligner. Ces enfants font généralement montre de difficultés qui se sont aggravées au fur et à mesure des années, parfois jusqu’à déboucher sur un sentiment de « rejet » des institutions scolaires.

La pédagogie alternative de Maria Montessori se propose alors de remettre l’enfant au cœur des apprentissages en le rendant acteur et non juste spectateur de son développement cognitif. Il pourra alors effectuer une entrée moins contraignante dans l’univers du savoir grâce à des voies plus ludiques et agréables. Ainsi, grâce à une méthode qui respecte son rythme, l’enfant en difficulté pourra donner un véritable sens à son apprentissage et gagner davantage confiance en lui.

En étant encadré par un adulte bienveillant, il sera revalorisé et par ricochet, gagnera aussi en estime de soi.

Et vous ? Comment trouvez-vous la pédagogie Montessori pour les petits enfants ? Dites-le nous en commentaire.

Nous utilisons les cookies pour améliorer votre expérience de navigation sur notre site web. En naviguant sur notre site, vous acceptez notre utilisation de ces cookies.